Forum Fanstastique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to The Jungle | Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
(#) Welcome to The Jungle | Wolf   Mar 23 Juin - 18:07






Welcom To The Jungle

Wolf
Octavia

« Docteur Marius….pensez vous sincerement que ce soit une bonne idée ? »
« Mais…M’selle O’Connor l’aventure ça ne vous excite pas, aller gagner cette course va nous valoir les honneurs de l’académie !!! »
« Heu….. c’est pas ce genre de choses qui m’excite pour être sincère…. »
« La jeunesse….. je vous jure à votre âge je revais de voir mon mentor me mener dans ses expéditions !  Mais bon…. Si vous ne voulez pas venir je vous en voudrez »
« Non je dois venir, il faut bien quelqu’un pour vous surveiller ~ »

Riant tu l’aide à finaliser ses sacs de survis. Oui oui de survis. Alors vous devez vous demander ce qu’il se passe en ce moment, c’est tout simple. Un concours entre l’équipe soignante et l’équipe administrative. Qui ce compose de toi et du docteur Marius pour l’équipe soignante. Et de la secrétaire principal avec le chef des agents hôtelier pour l’équipe administratif. Cette idée sogrenu vient de notre cher président de l’académie qui pense que cela permettra une meilleur cohésion au travail. M’enfin, soit, tu participes sans vraiment avoir le cœur à gambader dans la forêt de Samargd. Car oui, il va falloir affronter la foret sauvage d’Exilian. Combi Short chaussette longue et sac à dos tu commence à te rendre avec ton supérieur  au point de rendez vous à l’entrer de la foret.  « Hummmm sentez moi cette air bien frais Octavia ! Sa change de notre petit bureau à l’académie n’est ce pas !!! » Toi ? Tu te bas avec la nature qui essai de te défigurer à coup de branche volante et piqure de moustique « J’aurais jamais du vous suivre Bordel ! » soupirant grassement tu le regarde dépité, celui-ci venant sentir et respirer le parfum des fleurs, toucher la mousse des troncs et gambader littéralement comme une gazelle sur le sentier. « ….. »

« Bonjour. Bienvenue pour cette chasse au trésor. Je vais être concis et rapide, vous avez une liste d’objets à retrouver en moins de six heures. Une fois que vous avez retrouvé tout ce que la liste contient vous revenez au point de départ. Si vous n’êtes toujours pas en possession de tous les objets une sonnerie marquera la fin des six heures et vous serez obligés de revenir avec ce que vous avez trouvé. En cas de problème vous avez dans les pochettes fournis une carte et une boule aveuglante. C’est notre professeur de magie qui nous la fabriquer, à utiliser qu’en extrême urgence d’accord ?. Bon je vous est tout dit….que la course commence ! » En effet en arrivant vers ce professeur de sport tu as reçu une pochette avec une carte une boussole et une de ces boules aveuglante bourré de choses indescriptible a l’œil nue. N’as-tu pas le temps de souffler pour assimiler ce qu’on ta dis que le Docteur empoigne ton bras et te traine rapidement, pour t’enfoncer dans la foret a la recherche de ses objets et plantes. « On va se séparer pour aller plus vite ! » choquée tu le regarde perdu « WOW attendez…. Ce n’était pas prévue sa…. Je suis pas sure que ce so… » Tu te fais littéralement couper l’herbe sous le pieds par son esprit de compétition qui se réveille comme diable sortant de sa boite « vous ne voulez pas battre ses grattes papiers !!!? » Bégayant tu le vois déchirer la liste en deux et te donner un morceau. Tu regarde ton bout de papier puis lui pas très rassurer sur le fait de devoir t’aventurer seule dans cette forêt encore sauvage par certain endroit.

« Ne vous en faite pas. Ils ont tout prévu je suis  sure, il ne va rien vous arriver ne stressez pas de la sorte sa gâche votre joli minois » blasée tu n’ose même pas répondre après son clin d’œil. Cet homme peut etre des plus irritable comme des plus intéressant. Tu es fière de travailler à ses côtés, tu en apprends toujours plus. Mais cette fois tu t’en serais bien passé franchement. Ni une ni deux tu le vois partir comme une flèche à la recherche de sa liste. Soupirant et littéralement à reculons que tu t’engages de l’autre côté pour terminer cette journée des plus agaçantes. Marchant de tes gros sabot dans les méandres de cette forêt encore vierge de toutes installation humaines tu admires quand même la beauté des choses. Il faut dire que la forêt Samagard est réputée pour ses larges gammes de faune et de flore sauvage. Les botanistes rêves de cette forêt pour vous dire. Mais voilà dans l’admiration attentive de cette beauté verte tu fonce sans t’en rendre compte dans une assez impressionnante toile d’araignée. Paniquant comme une gosse de cinq ans tu échappe des petits cris comme un cochon que l’on étripe. Tu hais les araignées et toutes les familles d’insectes possible et existante. Les bras agité comme si tu essaies d’implorer le ciel de te sauver tu tourne sur toi-même enlevant les fils qui se sont entortillés dans tes couettes et tes mèches blondes.

« C’est pas vrai…c’est pas vrai CEST PAS VRAI ! » tu hurles littéralement a la mort en avançant en arrière tu trébuche sur une racine et n’arrêtons pas la blague ici, un dénivelé assez important se trouve justement caché par cette racine. Et allons y pour une chute des plus mémorable, qui ce termine en apothéose dans un magnifique point d’eau. Un vrai plat digne d’une compétition. « ……keuf…… » Redressant doucement ton corps grâce à tes petit bras, tu ne ressemble plus vraiment à rien….trempée jusqu’au os, les cheveux sur le visage et de la boue partout tu râle et soupire. Maudissant ton supérieur en ton fond. Relevant la tête tu te mets assise épuisée par ta panique subite à l’ instant. L’eau qui frappe doucement ton ventre ton regard vide et glaciale tu sens l’eau dégouliner sur ton visage « je vais le tuer…. » Essoufflée tu restes affalée dans ce petit mètre d’eau. Tu ne sais pas ou tu as bien pu tomber et c’est avec la rage au ventre que tu tire ton sac devenu assez lourd à cause de l’eau. Arrivée sur le bord du rivage tu te laisse tomber sur le sol terreux et cherche une boussole….boussole qui est dans la pochette de votre équipe que le docteur a emporté avec lui ! Un crie strident s’échappe de tes lèvres en découvrant ce détail qui fut la goutte d’eau. Tu ne sais pas ou tu es et tu ne sais pas où aller pour revenir sur le sentier. Tu es descendu d’un coup et inutile de repasser par la ou tu es tombé ….beaucoup trop escarpé. « Je veux mourir….. » après la colère le désespoir. Tête baissée et poings serré tu grogne et râle sur ton envie de suivre le docteur. Sans t’en rendre compte des regards étaient postés durement sur toi depuis ta chute. C’est que lorsque le grognement audible d’un chien dans ton dos que tu commence à réagir sur le fait que tu t’es enfoncé dans une forêt vierge de toutes présence d’homme. L’espoir que ce soit juste le vent qui s’engouffre dans un vielle arbre te tien en haleine. Mais ton espoir se brise lorsque ce grognement se double. Un frisson glacial te traverse. Tu prie pour ne pas être nez à nez avec la faune sauvage. Mais toutes tes prières ne sont surement pas entendu, en regardant doucement derrière tu aperçois les museaux de trois loup sauvages sortir de l’ombre des arbres qui colonisent le contour de ce point d’eau.

Figée, tes pupilles dilatées tu ne sens plus tes jambes, celle-ci semble endolorie par la peur qui te submerge. Les loups eux ne font qu’empirer cette sensation de perdition en approchant pas a pas pour finir par t’encercler. Sans te l’expliquer une larme de peur froide roule sur tes joues blanches. Ton visage tout entier blanchi à cet instant a vrai dire. Tu vas finir manger comme un vulgaire agneau. L’instinct de survie et de chasse prenant le dessus, enfin tes jambes décident de te répondre et c’est en jetant violemment ton sac alourdis sur l’un des loups que tu en profite pour tailler la route vers un arbre pour profiter de la hauteur et éviter toutes horreur possible. Mais voilà que le sort s’acharne sur toi, tu n’as pas le temps de t’échapper de cent mètre de ta place initial que ton mollet ce fait happer brutalement par la gueule d’une des bêtes. Est c’est en hurlant la douleur ressentit qu’en désespoir de cause tu inflige des coups de pieds incessants sur la bête pour qu’il te lâche. Oubliant sur le moment l’un de ses compagnons qui ne manque pas de profiter de cette ouverture venant vers toi la bave coulante.


© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Civils
avatar
Messages : 47
Pièces d'Or : 120
Date d'inscription : 16/06/2015

who is it!
Race: Nephilim.
Âge fictif.:
Inventaire:
Wolfgang von Wilhelm
(#) Re: Welcome to The Jungle | Wolf   Mar 23 Juin - 19:25

Un jour comme beaucoup d'autres, un autre jour ou j'avais traqué et abattu l'une de mes cibles. Un démon. Etant un nephilim j'étais de fait plus faible que les démons, mais j'avais bien joué mes cartes et j'étais sorti victorieux de ce combat même si j'avais été blessé à l'abdomen par ce dernier. La blessure avait été assez grave mais je l'avais rapidement pansé pour ne pas perdre trop de sang. Suite à ce combat, je me dis que prendre quelques jours de repos ne ferait pas trop de mal.

Je pris donc la décision de retourner au fin fond de la forêt de Samargd. Ce n'était clairement pas le lieu le plus reposant du monde mais c'était la bas que j'habitais. Même si retourner chez moi était loin d'être une sinécure puisque j'avais pris la peine de construire mon habitation au fin fond de la forêt, là ou les bêtes sauvages étaient nombreuses et surtout bien plus dangereuses que toutes celles que l'on pouvait rencontré à la lisière. D'ailleurs en parlant de lisière, j'avais aperçu au loin plusieurs personnes qui s'y trouvaient. Je trouvais ça étonnant de voir des gens entré ainsi dans cette forêt qui était pourtant réputé pour ses dangers mais bon, peut-être étaient-ce des apothicaires ou autre qui avait la nécessité de récupérer des ingrédients se trouvant ici. Mais qu'ils ne comptent pas sur moi pour les aider, j'avais besoin de repos et puis après tout, ils devaient savoir ce qu'ils faisaient sinon ils ne seraient pas là.

Après plusieurs minutes de marches difficile et douloureuse à cause de ma blessure, j’arrivai finalement dans ma demeure. Enfin si on peut appeler ça comme ça… quatre murs, un toit, une porte et une fenêtre. Voilà à quoi elle se résumait et je n'avais évidemment aucun mobilier. Je déposa mes armes à l'entrée et m'allongea sur le sol en croisant les bras derrière la tête. Je réfléchissais à tout ce qui m'était arrivé ces derniers jours, j'avais été bien plus efficace… à croire qu'a force de travailler ainsi je devenais un bon chasseur. Certains chassent les cerfs ou encore des lapins et moi je chasse des vampires, des démons et tout autre créatures de ce genre. Parfois je me demandais ce qu'aurait pu être ma vie si je n'avais pas… oh, ces moments-là passaient bien vite, je préféré ne pas y penser cela ne servait à rien à part me faire de la peine. Et puis après tout ma vie n'était sans doute pas la pire qui puisse y avoir. Même si c'était dur, les gens avaient de la reconnaissance envers mes faits et gestes et d'une certaine manière cela m'aidait à rendre la solitude qui me pesait moins lourde. Mais alors que j'étais plongé dans mes pensées, j'en fus extirpé brutalement par un cri strident résonnant dans la forêt. Je me redressa brusquement en comprenant que c'était probablement l'une de ces personnes que j'avais discerné plus tôt. Sans réfléchir, je partis en trombe de chez moi, attrapant mes armes à la volée.

Tout en remettant mes épées dans mon dos et mes pistolets à ma ceinture, j'eus une réflexion, pourquoi aller sauver une inconnue ? Oui parce que la voix entendu était celle d'une femme. Eh bien tout simplement parce que je ne pouvais décemment pas laisser quelqu'un, homme ou femme, en danger. Peut-être m'en mordrais-je les doigts mais qu'importe, la priorité était de la sauver et je fonçais aussi vite que possible en direction de la provenance du cri. Sur le chemin, je veillais à ce que mon masque ne bouge pas, il ne manquerait qu'en voulant la sauver je lui fasse peur en montrant mon visage, mais alors que je m'en approchais rapidement, ma blessure me fit brusquement souffrir, et c'est en manquant de chuter que je compris. Elle s'était rouverte et saigné à nouveau. Tant pis. L'important était d'abord de sécurisé la femme que j'avais entendu. Ma blessure attendra.

Une fois sur place, je ne vis rien. J’écarquillai un moment les yeux en pensant avoir été dupé mais j'entendis très vite un autre cri, ce qui me fit comprendre qu'elle s'était déplacé et sans doute parce qu'elle était poursuivi par une meute… c'était l'hypothèse la plus valable en tout cas. Et donc je repris le chemin vers le second cri que j'avais entendu. Et je la vis, une jeune femme entouré plusieurs de ces bêtes sauvages alors que l'une d'elle tenait sa jambe en étau dans sa gueule et qu'une autre s'approchait mais pas avec les bonnes intentions.

Sans réfléchir je grimpa sur un arbre à toute allure, sautant ensuite de ce dernier pour tirer une balle dans la tête de la bête qui s'approchait, attirant ainsi toute les autres. Mais j’atterris alors pile ou je voulais, sur le dos de la bête qui mâchouillait la jambe de sa proie. Plantant mes épées dans sa gueule, je la lui fis ouvrir pour libéré la jeune femme et ensuite je sauta d'un salto arrière en plantant plus profondément mes épées pour ensuite projeter de toute ma force la bête contre un arbre. Atterrissant en bouclier entre la femme au sol dont la jambe saignait abondamment et les bêtes, une brève analyse de la situation me fit comprendre que je devais d'abord abattre ces bêtes avant de panser sa jambe. Sinon on mourrait tout les deux. Mais je devais faire vite et pour ça j'étais contraint d'utiliser mon pouvoir… tendant alors le bras vers les bêtes, je fis exploser le sol sous leurs pattes de sorte à les déstabilisé et je fonça sur l'une d'elle en lui plantant mes deux épées dans la gueule, sautant alors sur sa tête je dégainé mes pistolets et tira dans la tête de deux autres tandis que la dernière me sauta dessus, je sauta donc plus haut en tendant les bras pour ensuite récupérer mes armes, jetant l'une d'elle sur la bête qui faisait demi-tour pour revenir à la charge et lorsque je l'atteignit, je tira plusieurs balles sur le pommeau de mon épée pour l'enfoncer, courant vers elle pour ensuite l'achever avec ma deuxième lame, la découpant en deux et rengaine alors ensuite rapidement mes armes.

Une fois les bêtes abattues et mes armes rengainés, je me précipite vers la jeune femme et retire ma veste, on pouvait alors mes bandages ensanglanté sur mon torse. J'utilise ma veste pour lui faire un bandage de fortune et je la regarde alors en lui tapotant le visage pour m'assurer qu'elle est encore consciente.


- « Mademoiselle… mademoiselle ? Vous allez bien ? Je vais vous emmener chez moi pour que vous puissiez soigner votre blessure... »

Je n'attendis pas sa réponse pour la prendre sur mon dos en la tenant ainsi dessus, les mains sous les cuisses alors que j'avais mis ses bras autour de mon cou.

- « Une fois chez moi, je soignerais correctement votre blessure et vous vous reposerez un peu... »

Je n'aurais vraiment pas du venir m'en occuper… je refusais habituellement toute les approche envers quelqu'un. Mais bon je ne pouvais pas non plus me résoudre à laisser quelqu'un en danger de mort. Je pris alors la route pour la ramener dans ma maison, la tenant fermement contre mon dos et j’avance prudemment pour la déposer alors chez moi. Je m'assis alors sur le sol pour la coucher doucement sur le sol, mettant sa tête sur mes cuisses pour qu'elle n'ait pas mal, sortant alors des bandages d'une sacoche que je portais en permanence pour m'occuper de sa plaie, gardant le silence, n'ayant pas l'habitude de dialoguer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
(#) Re: Welcome to The Jungle | Wolf   Mer 24 Juin - 20:27






Welcom To The Jungle

Wolf
Octavia

Tu sens la fin te mordre comme une prise de chasse. Ses dents cisaillent ta chaire, tu le sens s’enfoncer dans ta peau, et c’est dent contre os que tu perds panique pour basculer dans une sorte de coma au bout de la douleur. Lâchant prise tu es endoloris, anesthésiée par les canines qui te ronge. Etalée par terre tu es aussi inoffensif qu’un agneau qui se perd dans la gueule des loups. De la chair fraiche, voilà ton nouveau statut. Mais une fin aussi triste ne peut pas arrivé aussi vite quand même. Et comme dans un film héroïque, ton sauveur surgit de nulle part, vraiment ! De nulle part…. ton regard flouté par les larmes et la douleur ne voit qu’une faible silhouette venir à tes côtés. A l’instant même ou la gueule te lâche tu te cambres brusquement échappant un gémissement étouffé de pleure par la douleur et la brutalité dont le loup ce sépare de ta jambe.  Haletante et nauséeuse tu te mets sur le côté. A l’instant même tu ne penses qu’à ta survie, te trainer loin de tout ca au calme et en sécurité, un jeu contre la mort.  Mais ta jambe aussi lourde qu’un poids se traine derrière toi comme un boulet.

Fatiguée, ralentit, la perte de ton sang provoque en toi une somnolence inattendu. Tu t’allonges sur le sol essoufflée le corps lourd et frissonnant par le froid qui t’entoure. Le reste de la scène est assez brouillée. Tu entends des gémissements canins, des bruits sourds de chute et des cris d’homme qui se dépense dans un combat animal. - « Mademoiselle… mademoiselle ? Vous allez bien ? Je vais vous emmener chez moi pour que vous puissiez soigner votre blessure... » ton regard vitreux cherche le visage à qui appartient cette voix mais c’est une images amoindrit qui se reflète sur tes pupilles. Ouvrant la bouche plusieurs fois sans aucun son tu fini par fermer les yeux trop épuisée par le petit combat de survie et la perte de sang. Après cette voix plus rien. Tu passe dans les bras de Morphée si l’on peut dire, car c’est plus un lâché prise qu’un repos. Papillonnant des yeux tu sens quelque chose te travailler la jambe, et le souvenir de ce loup qui te mâche la jambe revient comme une gifle. C’est en crise de panique que tu recommence à donnée des coups de pieds sur le moment. Libérée tu recule, re boostée par l’adrénaline de la peur et regarde partout autour de toi comme un animal affolé.

Quatre murs, un sol froid et sableux, et un espace glaciale et vide. Regardant à t’en tordre le cou tout les côtés possible de ce lieu tu pose subitement ton regard sur cette bête que tu croyais battre il y a deux secondes. Un jeune homme, la chevelure corbeau et les mains sur les côtes.  Tu recules d’un pas de plus, l’idée que ce soit un personnage dangereux te viens immédiatement en tête sans avoir le temps de comprendre ce qu’il se passe. « Qu’est ce que je fais ici !!! » la fatigue toujours présente, ce n’est que l’excitation du contexte qui te garde éveiller. Des cernes noirs se profil sur ton minois, et le teint assez blafard d’arrange pas ton allure.  Le silence pesant tu descend enfin tes yeux chocolat restes figés sur le bandage qui s’enroule autour de ta blessure. Il t’a soigné ? Mais pourquoi….et comment ? Tout à coup l’image flou de cette silhouette qui été venue à t’as rescousse revient en tête. Est-ce lui alors ? Cette personne qui à affronter, venue de nulle part les loups qui te voulaient comme repas….. ?? Un peu choquée tu ne sais pas vraiment comment faire, ni quoi faire pour ce qui t’arrives. Rester et le remercier ou fuir et retrouver les autres. D’ailleurs ils doivent te chercher si cela ce trouve. Après de tel cris les autres ont surement du t’entendre.

Pas très bavard, c’est aussi flagrant que le nez sur la figure venant de lui. Te pinçant les lèvres tu restes longtemps silencieuse avant d’apercevoir un masque au sol, son masque, vous n’êtes que deux ici. D’ailleurs vous êtes ou ? Une cachette, un cabanon abandonné ? Inspirant tu remarque que tu ne pourras pas fuir aussi facilement, puis s’il ta vraiment sauvé, ce serait vraiment égotiste. Tu tente alors une première approches, prenant le masque proche de toi tu lui temps comme une première tentative de communication. Approchant comme tu peux en faisant attention à ta jambe tu le regarde encore intimidée et lui pose le masque. « m…merci » reculant une dernière fois, tu ne veux pas précipité les choses surtout ne sachant pas s’il prendra mal le fais que tu lui es donné des coups de pieds. « Pardon…pour les coups….je…j’ai cru être encore dans la forêt ! » voyant le bandage se défaire tu viens toi-même le « je voulais pas vous faire mal….je…j’ai juste paniqué. Sans vous je serais des morceaux dans le ventre des loups. Merci beaucoup sincèrement. » Finissant de l’attacher tu relèves ton visage vers lui. La peur commence à s’estomper et l’adrénaline se dissiper. C’est encore une fois la fatigue qui revient à la charge et tu t’installe en face contre le mur opposé dos contre la paroi. « Je dois aller a l’hôpital….j’ai perdu trop de sang….. » l’infirmière en toi reprend le contrôle de ton corps et c’est avec ton toupet habituel que tu approche de lui. « Laisse moi voir ta blessure….elle est peu être grave, je suis infirmière, tu peux me faire confiance…. » Sans comprendre tu passes du vous au tu sans aucune autorisation préalable ni de sa part d’ailleurs pour venir effleurer son bandage souillé de sang.



© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Civils
avatar
Messages : 47
Pièces d'Or : 120
Date d'inscription : 16/06/2015

who is it!
Race: Nephilim.
Âge fictif.:
Inventaire:
Wolfgang von Wilhelm
(#) Re: Welcome to The Jungle | Wolf   Jeu 2 Juil - 14:11

La route jusque chez moi fut longue et compliquée. Non seulement jonchée de racines et autres branches qui bloquaient des sentiers et d'autres chemins, il fallait aussi éviter les bêtes tout en étant agrémenté de coups de pieds que la blonde me donnait. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir, sans doute suite au choc de l'agression de ces bêtes, elle était encore méfiante ou même ne se rendait pas compte que c'était un homme qui la portait. Mais bref, nous étions finalement arrivé à bon port.

Une fois sur place, je l'avais allongée sur le sol en me servant de ma veste pour lui faire un oreiller. J'allais commencé à préparer les bandages pour soigner sa plaie mais elle repris conscience plus vite que prévu. Elle commençait tout d'abord par me remercier puis s'excusa des coups qu'elle m'avait donné. Je restais toutefois silencieux, que répondre à cela ? Non, je m'occupais dans le même temps de sa jambe alors qu'elle me rendit un masque qui était au sol. Un de ceux qui traînaient ici, au cas ou ceux que je porte soient brisé au combat. Je ne voulais pas qu'on voit ce que j'acharnais à cacher.

Je la vois venir vers moi pour refaire mon bandage mais je la repousse gentiment, la regardant alors bien qu'elle ne pouvait voir que mon œil gauche.


« ça ira ne vous en faites pas. Je me recoudrais plus tard. » dis-je tout en retirant la bande sur mon torse qui ne servait plus à rien.

Je pris un briquet dans ma poche et me brûla la plaie, réprimant alors des gémissements de douleurs. Méthode risquée et douloureuse mais ma plaie était cautérisée au moins. Je pouvais donc prendre le temps pour soigner convenablement ma blessure. Je la regardais à nouveau alors qu'elle était parti s'installée contre un mur et je croisa les bras.

« Je peux vous y emmener. Nous sommes chez moi, mais j'habite au fin fond de la forêt… je doute que vous retrouviez votre chemin… alors je vous amènerais à la lisière et nous nous dirons au revoir. »

Je l'écoute alors qu'elle parle de ma blessure et une nouvelle fois je la repousse alors qu'elle se permet également de me tutoyer. Mais à vrai dire, qu'elle me vouvoie ou tutoie, je m'en moquais royalement. La seule chose qui m'importait était de la rapidement partir et que nos routes se séparent. Je n'étais clairement pas à l'aise en compagnie d'une autre personne. Je l'avais sauvé uniquement parce qu'elle serait morte sans ça. Mais ça s'arrêtait là. Je ne voulais pas nouer de liens quels qu’ils soient avec elle. Allant me poser sur le mur de l'autre côté de l'unique pièce qui composait ma maison, je retira mes armes de mon dos et ma ceinture, utilisant un écouvillon pour nettoyer les canons de mes pistolets, remettant également des balles pour remplacer celles utilisées lors de mon dernier combat, prenant ensuite une pierre et aiguise mes lames tranquillement, tout en nettoyant le sang qu'il y avait dessus.

« Je remet à neuf mes armes, et on partira. Si vous êtes d'accord. Sinon vous pouvez vous reposer un peu avant d'y aller. Vous avez perdu beaucoup de sang alors vous devez être épuisé. Mais le bandage que je vous ai fait tiendra suffisamment pour vous laisser du repos le temps que ça soit soigné comme il se doit. »

Je leva mes yeux vers elle, mes cheveux cachant toujours mon œil droit et le masque la majeure partie de mon visage. Soupirant alors légèrement, je n'aurais jamais cru qu'aller sauver cette femme me ferait passer tant de temps avec elle… si j'avais su je ne… non, j'y serais aller quand même. A croire qu'a force de le bien, je ne peux plus m'en empêcher. Tout ce qu'on peut dire c'est que le repos que je voulais prendre n'était pas encore pour maintenant. Cette pensée me fit intérieurement rire, je me disait que de toute façon, je n'aurais sans doute jamais de repos avant ma mort tant que je serais sur cette voie.

J'espérais vraiment qu'elle veuille partir maintenant, je n'étais pas spécialement désireux de la voir traîner dans les parages encore longtemps, non pas qu'elle soit très dérangeante mais je n'étais pas à mon aise avec quelqu'un près de moi. Ça n'avait évidemment rien de personnel mais bon, je m’abstenais bien de lui dire que sa présence me dérangeait. Elle avait déjà suffisamment subi avec l'agression de la meute de loup, je n'allais pas en rajouter en disant que je voulais qu'elle parte maintenant. D'autant qu'elle serait capable de partir sans moi et elle se remettrait en danger le temps de trouver la sortie, alors autant que je reste avec elle maintenant pour évité une mauvaise surprise si elle partait seule.

Je finis d'aiguiser mes lames, elles semblaient flambant neuve. J'en prenais grand soin même si j'en avais plusieurs paires qui étaient soigneusement entreposé dans un coin de la pièce. En effet c'était des lames prise sur un démon, lames avec laquelle je m'étais juré de tuer quelqu'un. Une arme issu de démon, porté par un nephilim, pour tuer un démon. Quoi de mieux ? Sans même m'en rendre compte je devenais songeur, elle pourrait faire n'importe quoi que je ne remarquerais même pas...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
(#) Re: Welcome to The Jungle | Wolf   Lun 13 Juil - 14:37






Welcom To The Jungle

Wolf
Octavia

« ça ira ne vous en faites pas. Je me recoudrais plus tard. » Perplexe tu gonfles les joues et serre les poings en l’écoutant, l’infirmière qui est en toi bouscule ton envie de fuir loin d’ici. Tu ne manques aucun de ses gestes, et le voir bruler sa blessure te coupe la respiration. Se contenter de méthodes aussi dépassé te rend presque folle de rage. Une infection, voilà ce qui te vient tout de suite en tête. Une bonne grosse infection et le tétanos qui s’enchaine en plus. L’odeur de la chair brulé enivre toute la pièce, des relents peu ragoutants remontent en toi. Inspirant fortement tu te lances pour insister un peu avant de te faire couper la parole. « Je peux vous y emmener. Nous sommes chez moi, mais j'habite au fin fond de la forêt… je doute que vous retrouviez votre chemin… alors je vous amènerais à la lisière et nous nous dirons au revoir. » Ton visage se crispe et tu le fusille du regard. « Laissez moi vous soigner et nous partirons, je ne cautionne pas ce genre d’attitude !! » mais rien n’y fait, il semble vraiment sauvage dans son état d’esprit. Il ne doit surement pas voir beaucoup de personne dans sa cabane au fond de la forêt.

Te repoussant une énième fois tu décides de ne plus insister, après tout il est assez grand pour savoir ce qu’il veut. Recroquevillée contre ton mur tu te mue dans le silence en le regardant s’occuper plus de ses armes que de lui-même. Pourquoi cet homme reste t-il cloitrer dans ce recoin de la forêt….que cache t-il de si lourd sur ses épaules, tu n’as pas besoin de le connaitre pour voir que cette personne semble vraiment torturer et s’auto mutile. Ton regard se détourne sur les armes qu’il s’exerce à nettoyer comme un bijou. « Je remet à neuf mes armes, et on partira. Si vous êtes d'accord. Sinon vous pouvez vous reposer un peu avant d'y aller. Vous avez perdu beaucoup de sang alors vous devez être épuisé. Mais le bandage que je vous ai fait tiendra suffisamment pour vous laisser du repos le temps que ça soit soigné comme il se doit. » Haussant les épaules tu te calle contre le mur et son coin et pose ta tête contre le côté opposé. Soupirant grassement tu t’exerce a te reposer, la fatigue revenant à la charge et de léger frissons parcourant ton corps. La fraicheur de ce logis ce fait rudement sentir après cette agression sauvage. Te blottissant comme une petite fille en boule tu fermes quelque secondes tes yeux pour te remettre de tes émotions. Tu as bien compris avec le peu de temps que tu as passé avec lui. Qu’il n’est pas du genre à venir t’agresser dans ton dos, au contraire, il cherche pertinemment à t’éviter et t’éloigner. Peu être est t-il socialement phobique ou pudique, ou alors fuit il quelque chose de la vie civile.

Quelque heures plus tard, car oui avec chance t’as montre à survécu a cette attaque. Deux heures ce sont écoulées depuis ton arrivé ici. Et réveillée, pas vraiment sur pied mais assez pour te lever, tu tente une dernière et énième fois de lui procurer un soin à approprier avec ce qui t’entour. « Laissez-moi voir au moins….. Je ne me sentirais pas confiante de vous laissez comme ca. Vous m’avez sauvez alors je peux au moins vous rendre l’appareille non ? » Fronçant les sourcils tu le fixe t’approchant à pas de loup comme devant un animal sauvage et pose tes mains sur tes hanches « de toute façon si tu me laisse pas faire je vais te harceler et revenir me perdre dans cette forêt juste pour te forcer à me laisser faire !! » Déterminée tu es du genre à presque marchander ou faire du chantage quand tu veux obtenir quelque chose. « J’ai bien compris que plus vite je serais partie plus vite tu seras tranquille, alors soit je vous soigne soit vous me supporter encore » tu te pose juste en face de lui et lui tend la main comme pour signer un contrat invisible, passant du vouvoiement au tutoiement tu ne sais pas vraiment lequel utiliser. Mais ce n’est pas le plus important pour le moment.

Le laissant réfléchir tu sors de ta petite pochette en cuire à ta taille un genre de poche ou du coton se trouve et une fiole contenant de l’alcool. Un minimum social qui peut servir qu’une fois et en urgence. Posant le tout devant lui, tu viens croiser son regard, son œil unique de tes yeux mordoré. « Alors, la décision ? Sachez que je suis du genre très têtu si ca ne se voyait pas. » Ton minois pincé, tes lèvres mordu tu espères sincèrement qu’il se décide à lâcher l’affaire et te laisser soigner sa coupure. Sachant qu’il doit avoir ce qu’il faut pour recoudre, un peu d’eau, une bonne désinfection et il sera au moins capable de ce cicatriser sans encombre.


© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Re: Welcome to The Jungle | Wolf   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to The Jungle | Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the Story :: Outside :: Forêt Samargd-