Forum Fanstastique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Counselors
avatar
Messages : 67
Pièces d'Or : 128
Date d'inscription : 31/07/2015
Age : 23
Localisation : A l'Académie - enfin je crois... Où suis-je ???

who is it!
Race: Fée
Âge fictif.: 16
Inventaire:
Eilynn
(#) Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]   Dim 9 Aoû - 11:45



Deux fées, deux sœurs  Un lien plus fort que tout
FT. MOÏRA

Aujourd'hui semblait être une bonne journée. Enfin, semblait... Parce que les cours étaient longs, intéressants mais longs. J'écoutais du mieux que je pouvais le cours de langues mortes. Je ne voyais pas l'utilité d'apprendre une langue que personne ne parlait, et apparemment c'était également le cas de mes camarades, qui s'ennuyaient au possible et qui m'ennuyaient par la même occasion. Je devais donc me concentrer. Dans un quart d'heure c'était la fin des cours et donc le début du temps libre...

Comme lorsque vous décidez de vous prendre au jeu, le temps passe beaucoup plus rapidement d'un seul coup et donc le petit quart d'heure fila à toute vitesse pour mon plus grand bonheur.
Je sorti de la salle de classe, saluant notre professeur au passage et lui souhaitant une bonne fin d'après-midi. Lui aussi semblait satisfait que cette journée s'achève enfin. Maintenant, je devais parvenir à retrouver mes sœurs. Ash et Mo' ne devaient pas être bien loin... Enfin, je crois.

Je commençais à les rechercher dans les couloirs, certaines personnes me reconnaissant, disons que lorsqu'on a l'habitude de se perdre, il y a trois catégories de gens : ceux qui font comme s'ils ne voyaient rien, ceux qui vous dévisagent et ceux qui viennent vous aider. Du coup, ceux qui avaient l'habitude de me voir perdue, arboraient un petit sourire taquin. Je rougissais et tentais de retrouver au plus vite mes deux sœurs.

Quarante-cinq minutes plus tard, la plupart des élèves étaient à leur club pendant que moi je déambulais toujours dans les couloirs, me demandant où est-ce que j'avais bien pu faire une erreur. Bon, déjà en regardant par la fenêtre je voyais toujours la cour et le parc, donc j'étais toujours à l'Académie, mais...où était la sortie et où était Moïra et Ashlyn...

Je commençais un peu à paniquer. Non, non, non ! Il ne fallait pas, je secouais la tête, et me pinça les joues ! Aujourd'hui je devais leur montrer que : petit 1 j'étais arrivée à les retrouver sans problème et petit 2 j'étais une grande fille capable de me diriger dans un immense labyrinthe. Tout à fait tout à fait. Je regardais autour de moi, les murs semblaient se rapprocher. Ce n'est pas possible ça, non ? En même temps j'étais une fée, donc tout était possible !!!! Je me mis à courir un peu au hasard, les larmes montant jusqu'à mes yeux, jusqu'à ce que je me heurte à quelqu'un et que je tombe sur les fesses.

Ne me relevant pas tout de suite, le jeune homme m'aida à me relever et semblait un peu inquiet, je le regardait et me rappela qu'il était dans la même classe que Mo'. M'excusant un peu en bafouillant, il me sourit. Il était plutôt gentil, en tout cas à l'heure actuelle il n'était pas en colère... M'enfin, alors qu'il allait partir, je le retins par la manche de son veston et pris largement sur moi....


« Je...V...vous...savez où se trouve Moïra... ? », chuchotais-je presque, notamment sur la fin.

« Je crois qu'elle est allée prendre l'air sur le toit. En tout cas c'est par là qu'elle semblait se diriger... », dit-il, puis me jetant un coup d’œil, il ajouta « Je peux t'y conduire Eilynn si tu le désire... »

« Oui, s'il vous plait... », lui répondis-je toujours en lui tenant la manche, au cas où mon sauveur décidait de prendre ses jambes à son cou... Il ne sembla pas s'en formaliser plus que ça et commença à me guider à travers l'Académie, un lieu que je connaissais déjà depuis quelques années et qui semblait pourtant changer tous les jours ! Heureusement qu'il y avait quelques gentilles personnes comme...comme...comment s'appelait-il déjà ? Hmmm... Ryan... ? Non... Bryan... ? C'était en -ian... ah oui ! Gabriel ! C'était Gabriel ! Il était doux, gentil et apparemment attentionné. Quelqu'un de bien ! Et je dis pas ça parce qu'il me conduit dans un endroit où je n'aurais pu aller toute seule...

Au bout de dix minutes nous voici arrivés devant un escalier, il m'annonça alors que je n'avais qu'à monter tout en haut et qu'elle devait s'y trouver. Que si ce n'était pas le cas, je n'aurais qu'à redescendre, qu'il m'attendrait un moment avant de repartir à ses occupations. Je le lâchais (enfin) et le remercia vivement, la tête un peu basse et toute rougissante avant de commencer l’ascension jusqu'à Moïra. Me retournant une dernière fois vers Gabriel, un air peu sûre de moi, il me sourit et ajouta que
« [je] ne pouvais pas me perdre, il n'y a qu'un seul escalier... ».
Je rougis de plus bel, puis monta les marches quatre à quatre avant de me retrouver devant une porte, puis devant Mo' une fois celle-ci ouverte...

Je fonçais alors littéralement sur elle (comme d'habitude) et la prit dans mes bras avant de fondre en larmes, à cause de cette nouvelle aventure à l'Académie. Si ça continuait comme ça, il me faudrait un Counselor pour me guider...oui je sais...un guide qui guide un guide et alors ? J'y peux rien, ça doit être dans mon essence. Je ne peux pas trouver mon chemin... Par contre j'essayerai toujours...enfin pendant un temps.

Je restais là à la serrer fort. Sans dire mot. De toute façon Moïra était l'une des rares personnes à me comprendre même sans mots...

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
(#) Re: Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]   Dim 23 Aoû - 15:14


Revoilà la jeune rose au caractère imprévisible et aux envies de meurtres ce matin, il faut dire que tout allait de travers depuis quelle est sortie de son lit. Tout d’abord en voulant aller se doucher il n’y avait plus d’eau chaudes, pendant quelle déjeunait elle c’est brûlée la langue avec son chocolat chaud, voir bouillant. Ensuite pour ne pas en finir elle tâche son uniforme en se brossant les dents dans les salles d’eau à cause d’une fuite de robinet juste à son passage au lavabo, suite à cela elle avait dût s’habiller d’un simple uniforme scolaire de remplacement pas très esthétique et convenable à l’uniforme obligatoire. Heureusement pour elle les cours n’était pas de mise aujourd’hui, étant une grande resquilleuse il lui arrivait comme ces compères de s’absenter une journée pour suivre ses envies de temps libres contre les cours qui l’ennuyait comme jamais mais obligatoires, mais derrière son insolence impliquait un gros travail de rattrapage. Mais ça pas grand monde s’en aperçoit, pourtant ce n’est pas des notes catastrophiques. Sinon cela ferrait longtemps qu’elle n’arborerait plus le blason de l’école. Ce double travail décourage souvent les élèves. Sauf la bi coloré qui recherche constamment des défie et adorant se surpasser. Habillée donc d’une simple chemisette blanche ornée d’une cravate noir, une petite jupe noire aussi et des collant à mi cuisses blanches, quelle partait vers l’une de ces cachettes pour passer la journée tranquille.

Et pour continuer cette belle journée ensoleillée et dégagée de tous nuages. Elle venait de ce prendre une suite de notes des plus catastrophiques dût à une baisse de régime à cause de la surcharge de travail quelle s’imposait à elle-même. Comme quoi ….. les paradoxes existes. En effet c’est une fille plutôt dure avec elle-même. Voulant toujours être la meilleurs dans tout ce quelle entreprend, elle s’impose un mode de vie strict. Ce qui peut lui faire paraître des fois assez froide et distante envers les autres. Peut être est-ce pour celas quelle à hérité du doux surnom de « princesse des glaces » par les dernières années jalouses et surtout par les garçons rancuniers de son charme. Elle fessait comme si de rien n’était et que celas ne a touchait pas. Mais au fond d’elle c’est tout le contraire qui ce passait, elle était blessée et avait peur du coup de s’attacher à des garçons de peur de ce faire humilier, et le cachait sous une attitude méprisante et une indifférence totale. Cela dit la journée n’est pas finit pour cette demoiselle aux cheveux fort original. Arpentant les couloirs pour rejoindre les toits un endroit privilégié, dont elle seule avait marqué le territoire.


Marchant tranquillement ton attention est attirée irrémédiablement par les cries hystériques de groupies qui, comme un troupeau d’éléphants, courraient dans les couloirs à la recherche de ce fameux prince de blondinet. Soupirant longuement tu as presque pitié d’elles et de leur maturité aussi grande que celle d’une gamine de huit ans devant Barbie princesse des fées. « Tsss pitoyab… tchh aie !» Sans comprendre, tu te prends de pleins fouet quelque chose et tombe titubant en arrière sur le sol glacé du couloir. Écarquillant les yeux tu regardes ce que tu a percuté et reste bouche bée. Tu reconnais très bien le garçon de la soirée d’hier avec qui tu avais légèrement flirté durant la soirée. Se relevant par toi-même tu serres tes petits poings, dépoussiérant ta jupe noire, tu bouillonnes, c’était la goûte d’eau qui fessait déborder le vase. La tête baissée les yeux cachés sous ta frange rose, tu es droite comme un piqué et grince des dents comme si tu étais prête à exploser comme une cocotte-minute.

« Tien sal………
« BORDEL DE MERDE!!!!!!!!!!!!!!!!! …… »

Levant brusquement la tête tu appuies violemment ton doigt sur sa poitrine pour accentuer tes paroles avec un regard noir. Ne le laissant pas en placer une tu commences à râler à pleine voix. « Tu devrais faire attention ou tu mets les pieds. hein ! Ça te rappel quelque chose ?! … je suis si invisible que ça que tu me fonces dessus ! C’est incroyable d’être aussi blasé on dirait que t’es en deuil perpétuel, tu crois que moi je n’aimerais pas aussi tirer une tête de six pieds de long ! Mais je garde tout pour moi et je souris pour faire bonne figure et pas accabler tout mon entourage ! Rien qu'aujourd’hui, j’ai eu une matinée merdique ! Tu comprends DE MERDE ! Je me suis brûlée, arrosée, poussée, j’ai eu des notes pitoyables et tout ça pourquoi ? PARCE QUE JE VEUX TOUJOURS EN FAIRE TROP ! Résultat je m’en prends toujours plein la gueule !...Attends…..pourquoi je te raconte tout ça ? ……VAS TE FAIRE FOUTRE TA RATE TA CHANCE HIER !»

Le dépassant tu continues ta route, il est littéralement choqué sur place, il ne doit pas vraiment comprendre ce qu’il s’est passé sur le moment. Mais tu t’en fous royalement à vrai dire, tu as besoin de souffler et te calmer, et ni une ni deux tu te retrouves sur le toit de l’école. Inspirant tu fermes les yeux pour te détendre avant d’entendre la porte s’ouvrir. Sans pouvoir comprendre tu te figes en sentant quelque chose ou plutôt quelqu’un venir te serrer brusquement. « que……puta…….ho….pardon ! » tu la reconnais, tu reconnais ce bleu océan qui couvre le sommet du crâne de cette petite douceur sur patte. « Lynn ! » Inspirant, tu ravales ta colère et ton mal, devant elle, ne jamais être de mauvaise humeur. Tu te l’es toujours promis. « Qu’est ce que tu fais là ma cherie ? » Levant son visage tu te pinces les lèvres amusées de sa bouille comme toujours et lui embrasse le front. Face à elle tu perds tout ce qui est noir en toi, toute la rancœur et l’envie de violence. « Tu m’as trouvé toute seule ? » Plissant un œil tu la regardes connaissant sa manie de ce perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Counselors
avatar
Messages : 67
Pièces d'Or : 128
Date d'inscription : 31/07/2015
Age : 23
Localisation : A l'Académie - enfin je crois... Où suis-je ???

who is it!
Race: Fée
Âge fictif.: 16
Inventaire:
Eilynn
(#) Re: Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]   Mer 2 Sep - 21:11

    La serrer dans mes bras, tout simplement était la seule chose dont j'étais capable à l'heure actuelle. J'étais heureuse mais aussi soulagée de l'avoir retrouvée. Plus le temps passait, et plus je paniquais. Donc là, de la savoir tout près, c'était une bénédiction. Gardant dans un coin de mon esprit que je devrais sans doute faire un cadeau à Gabriel en remerciement de son aide, je faisais le plus gros câlin possible à mon adorée de sœur.

    Moïra qui semblait plutôt tendue et en colère sembla s'apaiser rapidement à mon contact et redevenir la sœur que j'aimais. Car oui je n'aimais pas trop lorsqu'elle est en colère et lorsqu'elle n'est pas heureuse, en règle général.
    Elle me demanda ce que je faisais ici, c'est à se moment là que je la lâchais puis me postais juste en face d'elle.
    « Je suis venue de trouver ! », lui répondis-je alors avec un immense sourire. Quand j'étais avec elle, il pouvait se passer n'importe quoi que ça n'aurait aucune importance. Elle me fait alors un bisou sur le front, puis me demande si je l'ai trouvée toute seule… Hmmm...comment dire. Je réfléchissais à la réponse la plus adaptée…

    « On peut dire ça comme ça... », je lui souris, puis devinant que je fais une piètre menteuse, comme d'habitude je finis par rajouter : « En fait je t'ai cherchée les deux premières heures toute seule, puis finalement j'ai eu un ange gardien qui m'a conduit jusqu'à toi ! », je rougis un peu, j'aurai tellement voulu y parvenir toute seule pour une fois, et même si j'avais pris la décision d'y parvenir cette fois-ci, au bout d'un moment il fallait accepter l'évidence : ce n'était pas pour aujourd'hui.

    Baissant un peu la tête, ayant un peu honte de ne toujours pas surmonter cette difficulté, je revins me poster dans les bras de ma grande-sœur pour obtenir un peu de réconfort.


    « Comment s'est passée ta journée ? Il paraît que quelqu'un t'as fait mal et t'as un peu mise en colère, c'est vrai ? », tout ce qu'il se passe dans cet établissement était assez vite relayé, surtout lorsque cela faisait beaucoup de bruit. M'enfin, moi je m'en foutais je voulais surtout savoir si Mo' allait bien, si elle avait mal nul part et s'il fallait aller voir le vilain garçon de la rumeur pour lui faire la moral, enfin, si j'arrive à le retrouver et à le pister…

    « Aujourd'hui n'était pas une très bonne journée, mais maintenant ça va aller mieux... », lui dis-je juste avant de déposer un petit bisou sur sa joue et de lui sourire.
    Lui prenant la main, je regarde puis décide qu'il est temps de descendre du toit pour aller manger quelque chose.


    « Viens ! C'est l'heure d'aller manger... », lui dis-je tout en l'entraînant par delà les escaliers. Nous descendîmes, puis le retour du chois hyper compliqué, où était le réfectoire déjà… Droite...Gauche… plutôt en bas non ? Il faut donc descendre encore un peu… puis finalement au bout de plus de cinq minutes d'immobilité la plus totale due à ma réflexion des plus intense, je fini par me retourner vers Moïra, les yeux mouillés et le coeur à deux doigts d'exploser…

    « Moïraaaaa... », un mot, une supplique qu'elle avait dû malheureusement entendre de nombreuses fois… « Je suis perdue...le couloir me fait peur ! Il est bizarre….regarde ! » ajoutais-je en lui montrant le couloir de gauche à droite avec mon doigt.


~ When everything can happened ~

cadeaux ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
(#) Re: Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux fées, deux sœurs : un lien plus fort que tout [PV Moïra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une personne, deux personnalités, deux façon de vous voir
» Un-deux-trois. Un-deux-trois.
» Deux jeunes femmes, deux tasses, un thé... [Feat. Hyûga Hinata]
» Deux garçons, deux chiens, un ballon [Handa]
» Deux personnes de deux mêmes clubs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the Story :: Academy :: Tourelles & Toits-