Forum Fanstastique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roméo et Juliette : ou la rivalité de deux camps ennemis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Royals
avatar
Messages : 84
Pièces d'Or : 172
Date d'inscription : 16/07/2015

who is it!
Race: Néphilim. Mi-Fée, mi-humain.
Âge fictif.: 16 ans.
Inventaire:
Alekseï Ibrahimov
(#) Roméo et Juliette : ou la rivalité de deux camps ennemis   Mar 28 Juin - 15:34


   
Roméo et Juliette : ou la rivalité de deux camps ennemis

   
Feat Melody Lawrence

   

   
Décidemment, ces cours de théâtre et de dance t’agaçaient… Ou plutôt te frustraient. Intérieurement, tu sentais déjà une certaine irritation alors que tu t’avançais dans les couloirs pour entrer dans la salle de théâtre. Tu te demandais à quoi bon pouvait servir ce cours que tu jugeais inutile. Après tout, s’il s’agissait d’apprendre à vaincre sa timidité ou à articuler une tirade grâce au théâtre, les cours d’art oratoire auraient été amplement suffisants. Toutefois, tu voulais bien admettre que la dance avait une certaine importance, étant donné qu’à presque chaque réception importante, un bal était organisé. Il aurait donc été préférable qu’on vous apprenne à danser plutôt que de vous retrouver dans l’embarras une fois sur la piste de dance.
Mais tout de même, ce cours restait le plus pénible de ton emploi du temps. Non que tu y mettes moins d’effort ! Ton obsession à vouloir être le meilleur en toute circonstance était toujours présent dans ton esprit. Tu avais déjà maintes et maintes fois tenté de t’améliorer en cette matière que tu trouves pourtant si ennuyante ! Bien que ce soit toujours en vain… Il s’agit tout simplement de la matière où tu ne peux pas progresser. Pauvre petit cœur gelé…
Bref, te voilà arrivé. Le professeur te jette un œil triste en te voyant, presque désespéré. Tu ne fais pas attention à son regard, pensant qu’il n’a absolument aucun argument pour te reprocher quelque chose. Après tout, tu avais fait le travail qu’il avait demandé. Tu connais parfaitement ton texte, chaque ligne, chaque mot, chaque ponctuation. C’était le minimum que tu pouvais faire.
Tu étais un des premiers à arriver. Les autres ne tardèrent pas à faire leur entrer. Tu ne prêtes pas attention à leur présence. Tu te contentes de t’installer tranquillement, attendant que le cours commence. Les gens autour de toi ne te regardent pas non plus, ou alors, ils te jettent des coups d’œil méprisants. Plus d’un d’entre eux ont été confrontés à ton dédain et ton orgueil lorsqu’ils ont voulu te parler. Après tout, il faut beaucoup pour que tu considères quelqu’un, et tu as tendance à ne pas prendre en compte le tact. Beaucoup ont été blessés dans leur dignité, et tu t’es montré à leurs yeux en ennemi, sans compter que certains sont jaloux de ton intelligence. Pourtant, toi, tu te moques de ce qu’ils peuvent penser de toi. Tu te considères comme intouchable à la critique, c’est ta manière d’être fier… Du moment que l’on ne dépasse pas les bornes.
Parmi la bande d’offensés que tu avais pris de haut, il y avait Melody Lawrence, jeune fille dont tu ne connaissais que vaguement l’histoire. Tu savais qu’elle faisait partie de la haute noblesse du Royaume des Océans et des Îles, comme toi tu faisais partie de la haute noblesse du Royaume de la Neige. Tu avais aussi entendu parler d’un frère mort, assassiné sans doute… Enfin, il y avait là toute sorte de rumeurs, et tu n’accordais en général pas de grande importance aux potins. Melody éprouvait pour toi une haine féroce, toi, tu te contentais de la mépriser calmement. Cette fille t’exaspérait, comme beaucoup d’autres. Tu la trouvais pathétique à rabaisser les autres juste pour son plaisir personnel et se sentir plus importante. Si toi tu le faisais aussi, ce n’était pas à proprement parlé dans des intentions malveillante. Tu étais tout simplement trop direct pour faire preuve de plus de diplomatie.
Melody était entré accompagnée de ses sous-fifres, des lèches-bottes dont elle faisait ce qu’elle en voulait. Elle t’avait jeté un regard plein de haine. Comme à tous les autres, tu n’y prêtas nullement attention. Mais d’un côté, tu remarquas qu’elle riait sous cape. Après tout, elle devait savoir que ces cours de théâtre étaient ton pire supplice de la semaine. Elle espérait sans doute te voir te ridiculiser face aux autres, encore une fois.
Une fois que tous les élèves aient été rassemblés, le professeur commença son cours. Tu l’écoutas attentivement, même si tu ne portais pas grand intérêt au théâtre. Après quelques échauffements qui te paraissaient aussi étranges et inutiles les uns que les autres, il annonça qu’il allait distribuer les rôles de la prochaine pièce, mais qu’avant cela, il voulait voir l’interprétation que chaque élève avait fait des répliques qu’il avait demandé à apprendre le cours précédent. C’est à ce moment qu’il se tourna vers toi, avec un air un peu sceptique sur le visage :
« Monsieur Ibrahimov, voulez-vous bien passer en premier s’il  vous plaît ? »
Sans hésitation, tu t’avanças au devant de la scène. Après tout, tu n’étais pas quelqu’un de timide, parler face aux autres ne te posait aucun problème. Après une respiration, tu commenças ta tirade face aux regards de tes camarades. Ton rythme était bon, on ne pouvait te faire de reprocher là-dessus. Tu parlais calmement, sans buter sur les mots, et assez fort pour que toute la salle t’entende. Le problème était pourtant autre part, dans ton intonation. Ta voix était toujours sur la même note monocorde. Sans compter que ton visage, aussi figé qu’à l’accoutumé, ne laissait rien transparaître en émotion. On aurait dit un robot. C’était désespérant. Après tout, comment exactement pouvais-tu interpréter des sentiments que toi-même tu ne comprenais pas ? C’était tout simplement un grand mystère. Toute ta tirade se fit sur cette même tonalité, aussi froidement que de la glace.
« Deux familles, égales en noblesse,
Dans la belle Vérone, où nous plaçons notre scène,
Sont entraînées par d'anciennes rancunes à des rixes nouvelles
Où le sang des citoyens souille les mains des citoyens.
Des entrailles prédestinées de ces deux ennemies
A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux
Dont la ruine néfaste et lamentable
Doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.

Les terribles péripéties de leur fatal amour
Et les effets de la rage obstinée de ces familles,
Que peut seule apaiser la mort de leurs enfants,
Vont en deux heures être exposés sur notre scène.

Si vous daignez nous écouter patiemment,
Notre zèle s'efforcera de corriger notre insuffisance. »
Une fois finie, ton professeur te regarda avec un air franchement désespéré. Il soupira fortement et fit sa critique sur ta représentation avec une certaine lassitude :
« Monsieur Ibrahimov… Vous manquez d’entrain et d’engagement dans vos paroles. Et votre gestuel est rigide, beaucoup trop rigide ! Essayez de ne pas paraître aussi robotique et ajoutez donc un peu de sensibilité… Nous sommes bien d’accord que cette première tirade n’est qu’une présentation de la pièce, mais cela n’empêche pas que le spectateur doit se sentir concerné par vos paroles. Si vous parlez avec un ton aussi monotone, il n’y prêtera guère d’attention ! Je vous en supplie, pensez à tout cela lorsque vous ferez votre prochaine présentation… »
Tu te sentais un peu piqué, vexé, mais tu ne le montras nullement sur ton visage. De plus, tu avais l’impression que ce professeur te faisait sans cesse les mêmes critiques, à croire qu’il n’avait aucune originalité ! Tu te contentas toutefois de laisser la place à celui qui allait passer après toi, revenant à ta place. Ton enseignant se tourna ensuite vers le reste des camarades. Son regard s’illumina à nouveau lorsqu’il demanda :
« Bien. Mademoiselle Lawrence. Nous feriez-vous le plaisir de nous montrer comment un véritable acteur doit interpréter cette tirade, s’il vous plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Roméo et Juliette : ou la rivalité de deux camps ennemis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roméo et Juliette
» La légende de Roméo et Juliette
» H ■ (Jack Falahee) Pire que Roméo et Juliette c'est possible?
» [Mission] Roméo et Juliette (Rachel Ravenstone & Elena Frost)
» [Manoir - Balcon] Roméo et Juliette, le remake version Esquisse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the Story :: Academy :: Premier Étage :: Salles d'Art & de Musique-