Forum Fanstastique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les étoiles qui nous observent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Counselors
avatar
Messages : 182
Pièces d'Or : 807
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 20
Localisation : Exilian.

who is it!
Race: Thériantrope (ours brun).
Âge fictif.: 17 ans.
Inventaire:
Olgretta
(#) Les étoiles qui nous observent.    Dim 11 Déc - 22:36

En hiver, les ours hibernent. Cela signifie qu'ils dorment beaucoup, se déplacent peu, mais pas qu'ils dorment tout l'hiver sans interruption.

À vrai dire, Olgretta ne ressentait pas le besoin d'hiberner sous sa forme humaine. Mais elle savait qu'en prenant sa forme animale, elle se sentirait plus fatiguée - cela avait le don de l'agacer. Pour palier à cet inconvénient, elle pratiquait régulièrement un exercice simple : la sieste. Il fallait avouer qu'en plus de ces raisons, elle appréciait dormir, tout simplement. Toujours était-il que cette technique était efficace, c'est-à-dire qu'elle n'était pas fatiguée. Elle s'était donc retrouvée à voir les heures passer dans son lit.

Voilà qu'à trop dormir, elle n'y parvenait plus. Or, la nuit était entamée et sa liste d'activité nocturne était, hélas, limitée par l'Académie et son règlement. Rester immobile dans son lit, le noir de la chambre offrant peu de distraction, ne lui semblait pas la meilleure des solutions. Sans faire de bruit pour ne pas réveiller sa colocataire, Olgretta se leva, enfila une paire de chaussettes et ses grosses bottes, attrapa son manteau long et rapiécé, puis sortit de la chambre.

Dans le couloir, la lumière de la lune éclairait faiblement à travers les vitres. Il faisait plus froid. La thériantrope sortit son écharpe de sa manche, puis enfila les deux. Sa silhouette était étrange : la lueur vespérale donnait un air de fantôme au trench noir, aux cheveux foncés qui faisaient des frisottis, aux bottes de cuir et au bout de pantalon de pyjama visible. Elle savait qu'elle n'avait pas le droit d'être là, le couvre-feu était passé depuis très longtemps, mais elle avait toujours trouvé cette règle étrange. Elle comprenait, bien évidemment, que c'était pour éviter des accidents, mais elle était loin d'être concernée par ces préoccupations. Ce n'était pas la première fois qu'elle sortait en pleine nuit : les adultes aussi, dormaient. Il était juste plus prudent de ne pas prendre de lumière.

Olgretta voyagea à travers les bâtiments dans le noir. Elle connaissait suffisamment ces lieux pour ne pas se tromper. Elle avançait doucement, rien ne servait de se précipiter, elle avait la nuit devant elle. Sa progression était silencieuse, et, bien évidemment, elle ne rencontra personne. En ouvrant la porte, une brise froide l'accueillit. Pourtant, cela ne l'arrêta pas, et la jeune femme sortit dans le nuit d'hiver. Il faisait évidemment froid, mais la météo était calme. Il n'y avait pas de vent, il ne neigeait pas, mais l'herbe craquant sous ses pieds lui indiqua qu'il commençait à geler. Elle releva son écharpe devant sa bouche, glissa ses mains dans ses poches, et s'enfonça dans les jardins de l'école.

Il faisait sombre. Pourtant, le regard contemplatif de la thériantrope était attentif à tout. Mêmes nues et scintillantes de glace, les plantes étaient belles. Elles dormaient paisiblement. L'hiver pouvait les tuer, mais elles s'accrochaient, et continuaient à respirer. Cette nature endormie était aussi belle que la richesse de l'été. Au dessus de tout cela, le ciel offrait plus de merveilles encore. Il n'y avait pas de nuage. La nuit, claire et froide, était propice. La lune et les étoiles brillaient en harmonie de leur blancheur perçante. Olgretta trouvait ce spectacle magnifique. Il l'était, à n'en point douter. Les astres étaient si loin, si proche en même temps. Il était impossible de les toucher, mais la voûte céleste englobait tout le regard, on ne pouvait voir que cela, et rien d'autre. C'était fascinant.

Au milieu des jardins, Olgretta se tenait debout, et regardait le ciel étoilé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunters
avatar
Messages : 45
Pièces d'Or : 129
Date d'inscription : 13/11/2015

who is it!
Race: Démon
Âge fictif.: 19 ans
Inventaire:
Olivia Hearts
(#) Re: Les étoiles qui nous observent.    Lun 12 Déc - 21:35


Les étoiles qui nous observent

L’insomnie me tuera un jour, je le sens .... Je n’arrivais pas à fermer les yeux et cela depuis quelques jours maintenant. J’étais pourtant bien blotti dans mes couettes, mais je ne ressentais plus le sommeil venir... Je comptais les moutons, à la fin j’étais arrivée à compter des dragons ... Je n’en pouvais plus, je voulais dormir et pourtant je n’y arrivais pas. A chaque fois, le même fragment de mon passé resurgissait, mais dans mes rêves. C’était encore plus chiant de le rêver que de le revivre, je vous jure ! C’était un cauchemar devenu réel ! Je soupire une énième fois dans mon lit, alors que j’avais mon ourson au dessus de ma tête. Je ne pouvais plus rester dans cette position, je commençais à sentir les fourmis dans mes jambes tant j’étais restée des heures sans bouger. Je finis par me lever pour ensuite vêtir quelque chose de « modeste ». Ma colocataire dormait si paisiblement que je l’enviais. Je me demandais comment elle faisait pour dormir aussi profondément... Je regardais le ciel encore dégagé. Il n’avait pas plu depuis une dizaine de jours, et tant mieux. Même si j’aimais bien la pluie, j’aimais encore plus le ciel étoilé, surtout qu’avec un temps aussi parfait, je pouvais me promener sans embrouilles....Ou presque.

Etant une élève à Exilian, j’avais bien un couvre feu que je ne devais pas dépasser....Vous savez, tous ces blablas d’écoles que les élèves doivent respecter... Toutes ces interdictions que je détestais. Ce qui était bien dans cette chambre, c’était qu’il y avait un arbre qui arrivait à la hauteur de ma fenêtre. De ce fait, je pouvais me diriger discrètement vers la sortie de l’établissement, sans même passer par les couloirs. Ouvrant discrètement la fenêtre, je me dirigeais vers une branche de l’arbre pour finalement fermer de nouveau la fenêtre, puis descendre comme un petit singe le long de l’arbre. J’aimais bien grimper dans les arbres, surtout s’ils étaient si accueillants comme celui-ci. Une fois par terre, je ressentais une légère brise dans mes cheveux, ce qui me fit sourire. Je lève les yeux pour regarder les étoiles, puis m’allonge finalement dans les herbes du jardin afin de contempler silencieusement le spectacle qui s’ouvrait à moi. Un spectacle que je n’oublierais sûrement jamais. C’était si calme... Un peu TROP calme. Je n’aimais pas ce silence, mais comme j’étais entourée par la nature, je n’avais pas peur.

Je grimpais de nouveau dans un arbre, prenant place sur l’une des branches pour regarder le paysage de là-haut. Je savais que les profs étaient en train de dormir, tout comme les élèves. De plus, à cette hauteur, et parmi les branches, il était impossible que quelqu’un puisse me voir. Seulement voila, j’étais bien la seule à pouvoir espionner ce qui se passer dans l’académie et en dehors de celle-ci. Je ricane doucement en voyant une des élèves courir dans les couloirs avec un autre étudiant. Moi qui pensais que j’étais la seule assez folle pour faire des bêtises... C’est alors que je vis une autre personne, mais cette fois-ci dans le jardin. Au premier abord, je pensais que c’était un prof, mais au final, je m’étais trompée. Je m’étais cachée derrière le tronc, mais avec un meilleur champ de vision, je pu voir que ce n’était qu’autre que l’une de mes amies. Un large sourire se fit voir sur mes lèvres rosées. Toujours perchée sur ma branche je déclare « Eh bien... Moi qui pensais que j’étais la seule à vouloir faire une balade nocturne... » Je finis par descendre de ma place et atterrir sur mes deux pieds « Tu m’as fait peur tu sais...Je pensais que c’était quelqu’un des profs ou du staff... Dis-moi, qu’est-ce que tu fais ici ? Serais-tu atteinte d’insomnie comme moi ? » Je souris de nouveau en la regardant puis met mes bras derrière ma tête « On peut se tenir compagnie en attendant le levé du soleil si tu veux bien »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Counselors
avatar
Messages : 182
Pièces d'Or : 807
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 20
Localisation : Exilian.

who is it!
Race: Thériantrope (ours brun).
Âge fictif.: 17 ans.
Inventaire:
Olgretta
(#) Re: Les étoiles qui nous observent.    Lun 12 Déc - 22:37

Toute son attention était tournée vers le ciel. La pâle lumière des étoiles éclairait son visage. Ils s'observaient mutuellement, dans le silence de la nuit. Fascinée par la beauté céleste, Olgretta perdit la notion du temps. Elle aurait pu rester ainsi plusieurs heures. Lorsqu'une voix brisa le calme qui régnait dans les jardins, elle n'aurait su dire combien de temps s'était écoulé, quand bien même une unique minute s'était véritablement écoulée. N'ayant pas repéré la personne avant, la thériantrope aurait pu être surprise et avoir un mauvais réflexe. Néanmoins, elle n'eut aucune réaction, puisqu'elle avait reconnut la voix.

Cette voix, elle la connaissait bien. Elle ne se faisait pas entendre tous les jours, mais lorsqu'elle se faisait entendre, elle s'arrêtait rarement. Olivia était bavarde, elle aimait parler quand Olgretta gardait la plupart du temps le silence - elle estimait que c'était pour cela que la Hunter semblait l'apprécier, elle pouvait parler à sa guise sans s'arrêter et sans être coupée. Sa camarade était frivole, mais elle s'était toujours montrée correcte sans être trop indiscrète : sa compagnie n'était pas le malvenu. Elle pouvait avoir confiance en cette voix, c'était pourquoi elle n'avait pas réagi violemment - comme une transformation subite, dans le pire des cas.

Olivia descendit de son perchoir, et dans la faible éclaircie qu'offraient lune et étoiles, elle pouvait distinctement voir les cheveux roses. La counselor se tourna vers elle, et fut aussitôt assaillie de questions. Ce n'était guère étonnant. Si elle se demandait également ce que la démone faisait dans les jardins en pleine nuit, par un froid glacial, contre le règlement, elle avait eu sa réponse sans même demander. Il n'y avait que la Hunter pour faire cela si spontanément. Mais alors qu'elle ouvrait la bouche pour répondre, Liv continua pour lui proposer de rester avec elle. À vrai dire, la thériantrope serait restée près d'elle, elle ne serait pas partie, même si elle n'avait pas demandé. Cela lui paraissait tout à fait normal. Pour lui répondre, elle se serait bien contentée d'un hochement de tête, mais dans la pénombre, elle préféra le faire de vive voix :
« D'accord. »

Elle fixa une seconde Olivia, puis s'avança vers l'arbre. La branche sur laquelle elle était installée il y a quelques secondes était solide (née dans une forêt, elle avait appris à repérer ce genre de choses). Elle pouvait grimper, mais la branche en dessous, si elle pouvait supporter le poids de la démone, céderait sous le siens. Alors, elle plia les genoux, et sauta en levant les bras. Elle se tint à la branche qui grinça légèrement, suspendue, affermit sa poigne avant de se hisser à la force de ses bras. Elle put poser son genou, et grâce à cet appui, s'installer sur la branche qui tenait bon. Son pantalon de pyjama serait sale - c'était le cadet de ses soucis. Stable sur son perchoir, Olgretta tendit une main vers la Hunter, tout en répondant d'une voix égale à ses précédentes questions :

« Avec l'hiver, je dors plus. Mais j'ai trop dormi cet après-midi, et maintenant je n'y arrive plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunters
avatar
Messages : 45
Pièces d'Or : 129
Date d'inscription : 13/11/2015

who is it!
Race: Démon
Âge fictif.: 19 ans
Inventaire:
Olivia Hearts
(#) Re: Les étoiles qui nous observent.    Mer 14 Déc - 14:57


Les étoiles qui nous observent

Je pensais être seule durant cette nuit fraiche, je pensais ne pas croiser quelqu’un et du moins pas un prof. Je ne voulais pas encore d’ennuis. C’est alors que je fus assez surprise de voir Olgretta se dirigeait vers moi, alors qu’elle ne m’avait même pas vu. Je savais qu’a cette hauteur et espionnant les moindre mouvements a travers le feuillage des arbres, il était facile de passer inaperçu. Cette branche était confortable pour dormir dessus, j’avais pris note ceci pour une prochaine fois que je voulais sécher un cours ou autre. Descendant finalement, je m’étais dirigée vers Olgretta la saluant, lui demandant ainsi qu’est-ce qu’elle faisait ici. J’avais passé des années à Exilian et maintenant je connaissais presque tout le monde, mais ce qui était sûr c’est que je connaissais les anciens. Nous étions toutes les deux en dernière année, et de plus on se croisait souvent à la gym. La sportive que je suis devait se défouler, alors la salle de musculation était l’endroit parfait, même si l’odeur n’était pas tout à fait à l’eau de rose. Ce que je savais maintenant, c’est qu’Olgretta n’aimait pas vraiment parler. Elle avait bel et bien une voix, mais elle ne disait que le nécessaire, alors je me disais qu’elle devait surement me trouvait bavarde.

Je cligne rapidement les yeux lorsqu’elle me répondit par un simple d’accord... « Eh bien...Je te remercie alors ! » Je lui souris de nouveau, puis la vis se diriger vers l’arbre où j’étais perchée. La première fois que j’avais fait sa connaissance, elle avait raté sa transformation, et c’était transformer au mauvais moment. Comme je suis experte en la matière : être au mauvais endroit au mauvais moment, j’avais pu assister a sa majestueuse transformation, mais qui avait couté la vie à quelques arbres... Elle était forte et j’aimais bien ceci chez elle. Nous ne sommes pas les meilleures amies du monde, je peux vous l’assurer, mais on s’entend bien ... Pas vrai ? Enfin, c’est ce que je croyais. C’était mon propre opinion. Elle pourrait me trouver agaçante peut-être ou gamine, ou je ne sais pas... Mais bon, mon point de vue ne changera pas pour autant, parce que très franchement, je respect les personnes comme elle.

Finalement, elle grimpa a son tour dans l’arbre et me tandis la main. Je fus un peu surprise, mais n’hésitant pas une seule seconde, je pris sa main pour de nouveau prendre mon ancienne place. « Merci » Je me place ainsi sur la branche, balançant légèrement mes jambes en avant et en arrière, alors que je l’écoutais me dire les raisons de sa balade. « Oooh, d’accord, je comprend mieux ! J’aimerais bien dormir autant, je pense que j’ai des heures de sommeil à rattraper un jour... ! » Un jour...Oui... Mais quand ? Je ne le sais pas. Je n’avais plus la force de fermer les yeux, et de me dire que j’étais en sécurité... Même les cauchemars, le même cauchemar me poursuivait dans mes rêves... C’était atroce et cela été devenu une habitude. Je soupire légèrement puis me met en position de chauve souris. Je regardais le ciel puis ferme finalement les yeux « J’aime beaucoup cet endroit... C’est si tranquille... Dis-moi Ol’... N’as-tu pas peur qu’on te surprenne en train d’enfreindre les règles ? » J’avais souris en repensant a ce couple que j’ai vu trainée dans les couloirs. Je me remis en position avant de voir une silhouette... Je m’étais dit que c’était surement mon imagination qui me jouait des tours. J’avais quand même gardé le regard vers le lieu où je l’avais vu... Peut-être que c’était la réalité...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Counselors
avatar
Messages : 182
Pièces d'Or : 807
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 20
Localisation : Exilian.

who is it!
Race: Thériantrope (ours brun).
Âge fictif.: 17 ans.
Inventaire:
Olgretta
(#) Re: Les étoiles qui nous observent.    Sam 17 Déc - 12:45

La main de Liv était aussi gelée que la sienne. Néanmoins, cela ne les empêchait pas de garder toute leur force, et elle la tira facilement comme elle s'installa facilement à côté d'elle. Dans l'obscurité, Olgretta observa sa voisine de branche qui s'agitait, le nez en l'air, l'éclat des étoiles dans le fond de l'œil, les lèvres pâles à cause du gel. Celle-ci se plaignit de ne pas savoir dormir. Hélas, elle n'avait rien à répondre à cela : ses insomnies étaient rares et toujours pour des raisons concrètes, pas pour ces raisons psychologiques, où l'esprit, trop actif, ne parvenait pas à s'arrêter. Avec son attitude placide, une telle chose ne lui était jamais arrivée. Sans même pouvoir comprendre le mal qui la maintenait éveillée, la thériantrope était bien incapable de conseiller la Hunter - elle doutait qu'une tisane qui détendait les muscles, comme lui avait appris son père, serait utile. Ainsi garda-t-elle le silence.

Olivia bougea sur la branche, qui émit quelques couinements, et finit par être la tête en bas. Ses longs cheveux roses touchaient presque l'herbe qui commençait à geler. Olgretta releva la tête, et fixa à nouveau le ciel. La majesté du cosmos happa à nouveau son attention. Il était étrange comme un monde si lointain pouvait être si présent. Il offrait un splendide spectacle en cette nuit claire. Elle entendit distinctement les paroles de Liv, tout en ayant l'impression qu'elle était très loin - mais c'était son âme qui était partie loin, tentant de percer les secrets célestes. Elle n'avait pas besoin de réfléchir pour répondre à une telle question. Avait-elle peur en ce moment, tout son être ébloui par les lueurs blanchâtres du ciel ?

« Non. Je n'ai pas peur. »

Et puis, de manière générale, il était rare qu'Olgretta ait peur. Elle ne prenait pas ces futilités - comme le règlement d'une école - pour ce qu'elles n'étaient pas. Or, cela n'avait pas d'importance. Sa situation actuelle n'était pas désagréable, et elle était venue ici pour apprendre plus sur le monde, ce qui faisait qu'elle restait ici. Mais si elle venait à être renvoyée à cause de ses nombreuses infractions, cela lui était bien égal : maintenant adulte, elle savait tout ce qu'il lui fallait pour vivre seule. Ce n'était pas un simple livre constitué d'articles et de réglementations qui allait effrayer un ours qui, dans sa forêt natale, se trouvait en haut de la chaîne alimentaire. Si un professeur venait, elle ne bougerait même pas - certainement ne répondrait-elle même pas, silencieuse comme elle était.

Liv reprit sa place initiale, assise sur la branche. Quittant les astres, la Counselor l'observa. Elle se doutait que, plus pour connaître son état d'esprit, la Hunter avait posé cette question pour être rassurée. Olgretta n'y fit aucun commentaire, la voyant pourtant bien observer la surface terrestre. Au lieu de cela, et sans rien demander, elle s'approcha de sa voisine jusqu'à ce qu'elles se touchent. Elle se colla à elle, épaule contre épaule, cuisse contre cuisse, afin de simplement échanger leur chaleur corporelle. Puis, elle glissa ses mains froides dans ses poches, expira dans un petit nuage blanc, et regarda devant elle. Les jardins n'étaient qu'ombres, des formes précises dessinées par l'éclat lunaire, immobile dans la nuit calme et sans vent. Un petit bruit - une brindille poussée - brisa un court instant le calme, attirant l'œil de l'ourse : une minuscule masse noire gambadait dans l'allée, peut-être une souris ou un mulot. Elle le suivit du regard jusqu'à ce qu'il eût disparu dans la nuit noire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
(#) Re: Les étoiles qui nous observent.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les étoiles qui nous observent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peu importe que les étoiles dont la lumière nous parvient soit mourante ...
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the Story :: Academy :: Jardins & Salle de Botanique-